monument

monument

monument [ mɔnymɑ̃ ] n. m.
• 980; lat. monumentum
1Ouvrage d'architecture, de sculpture, destiné à perpétuer le souvenir de qqn, qqch. Monument commémoratif : arc de triomphe, colonne, trophée, etc. ⇒ mémorial. Monument funéraire, élevé sur une sépulture. ⇒ mausolée, sépulcre, stèle, stûpa, tombeau, tumulus. Monument aux morts, élevé à la mémoire des morts d'une même communauté, ou victimes d'une même catastrophe.
2Édifice, pierre dressée ou monceau de pierres, qui a une valeur religieuse, symbolique. Science des monuments antiques. archéologie. Monuments mégalithiques, préhistoriques.
3Cour. Édifice remarquable par son intérêt archéologique, historique ou esthétique. bâtiment, cathédrale, édifice, église, 1. palais. Monument historique, classé. Monument public. Visite des monuments d'une ville. « l'humanité du pays disparaît au profit exclusif de ses monuments » (Barthes).
Fam. Objet énorme. Cette armoire est un véritable monument.
4Fig. et littér. Œuvre imposante, vaste, digne de durer. « L'Encyclopédie est un monument qui honore la France » (Voltaire).
5Fam. Un monument de... : une personne, une chose remarquable par l'intensité de... « Le traité d'Aix-la-Chapelle a passé pour un monument d'absurdité » (Bainville).

monument nom masculin (latin monumentum, de monere, faire se souvenir) Ouvrage d'architecture, de sculpture, ou inscription destinés à perpétuer la mémoire d'un homme ou d'un événement remarquable. Ouvrage d'architecture remarquable d'un point de vue esthétique ou historique. Littéraire. Œuvre majestueuse, imposante, durable, dans un genre quelconque : Ce livre est un monument de la littérature. Familier. Objet ou personne énorme. ● monument (citations) nom masculin (latin monumentum, de monere, faire se souvenir) Nicole Vedrès 1911-1965 Les monuments aux morts des guerres que l'on perd sont moins laids que les monuments aux morts des guerres que l'on gagne. Suite parisienne Mercure de France Horace, en latin Quintus Horatius Flaccus Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C. J'ai achevé un monument plus durable que l'airain. Exegi monumentum aere perennius. Odes, III, XXX, 1 Commentaire Horace, terminant le recueil de ses trois premiers livres (la trentième ode du Livre III est la dernière) promet à son œuvre l'immortalité. À rapprocher de la citation de Thucydide. ● monument (expressions) nom masculin (latin monumentum, de monere, faire se souvenir) Familier. Un monument de quelque chose, une œuvre ou une action qui témoigne d'une caractéristique, surtout péjorative, poussée à l'extrême : C'est un monument de bêtise. Monument aux morts, monument destiné à perpétuer le souvenir des morts d'une communauté, en particulier du fait d'une guerre. Monument funéraire, construction élevée sur une sépulture. Monument historique, édifice qu'il importe de conserver dans le patrimoine national pour les souvenirs qui s'y rattachent ou pour sa valeur artistique. Monument public, édifice appartenant à l'État, à un département ou à une commune. ● monument (synonymes) nom masculin (latin monumentum, de monere, faire se souvenir) Ouvrage d'architecture, de sculpture, ou inscription destinés à perpétuer la...
Synonymes :
- mémorial

monument
n. m.
d1./d Ouvrage d'architecture ou de sculpture édifié pour conserver la mémoire de qqn ou de qqch. Monument funéraire (tombeau, mausolée, etc.). Monument aux morts (d'une guerre).
d2./d édifice, ouvrage considéré pour sa grandeur, sa valeur ou sa signification (religieuse, esthétique, historique, etc.). Monuments de l'Antiquité.
Monument historique.
d3./d Fig. OEuvre considérable par ses dimensions ou ses qualités. Les monuments de l'art, de la littérature.
|| Plaisant Un monument de sottise.

⇒MONUMENT, subst. masc.
A. — 1. Ouvrage d'architecture ou de sculpture édifié pour transmettre à la postérité le souvenir d'une personne ou d'un événement. Consacrer, dresser, édifier, ériger un monument à la gloire de qqn; inaugurer, restaurer un monument; monument de bronze, de granit, de marbre. Guillaumin prend la parole (...). Il parle d'un (...) enfant de Cérilly, (...) mort à trente-cinq ans (...): le naturaliste Perron. Un petit monument sur la place rappelle son souvenir (GIDE, Journal, 1909, p.285). On m'a demandé de faire partie du comité d'un monument pour Arthur Rimbaud. J'ai refusé. J'ai suffisamment de regrets d'avoir (...) collaboré à l'érection de l'imbécile chose dernièrement dédiée à la mémoire de Verlaine (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1911, p.180):
1. La Pucelle ayant couché une nuit dans la ville, (...) la municipalité (...) faisait élever, avec le concours de l'État, un monument commémoratif de ce séjour. Deux artistes, enfants du pays, l'un sculpteur, l'autre architecte, avaient exécuté ce monument, où se dressait, sur un haut piédestal, la vierge «armée et pensive».
A. FRANCE, Orme, 1897, p.100.
2. En partic.
a) Monument aux morts. Édifice élevé par une communauté à la mémoire d'un ensemble de personnes appartenant à celle-ci et qui ont été victimes de la guerre ou d'une catastrophe. Le monument aux morts, en vrai bronze, où un soldat mourait debout, sans déranger un pli de sa capote, sans lâcher le drapeau qu'il maintenait sur son coeur (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.250):
2. Au milieu des tombes, toujours joyeux, le poilu en granit du monument aux morts, attaque à la baïonnette. C'est un vieux camarade: une espèce de baromètre. Les jours de pluie, il est tout noir; (...) mais, au plein soleil, il devient bleu, l'animal: bleu-horizon, comme de juste; et son casque brille, poudré de verre pilé.
MARTIN DU G., Vieille Fr., 1933, p.1019.
b) Vx. Sépulture. Joseph l'enveloppa dans un blanc linceul (...). Et il le plaça dans son monument neuf. Dans son sépulcre neuf (PÉGUY, Myst. charité, 1910, p.83).
Monument funéraire ou, absol., monument. Construction érigée sur une sépulture ou à la mémoire d'un mort dont le corps est absent. Fabricant de monuments funéraires. On voit au bord du lac un monument funéraire en mémoire d'une Anglaise et de son mari qui se noyèrent il y a dix ans en se promenant sur le lac (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1846, p.500). Un grand tombeau avec statues et bas-reliefs est érigé au baron Vassenaard, un marin célèbre qui mourut en battant les Anglais en 1665; ce lourd monument est signé Egger, 1667 (DU CAMP, Hollande, 1859, p.31):
3. Sur la frise ornée de torches renversées, cette inscription était gravée: Familles Allier et Alexandre. Une grille fermait l'entrée du monument. Au fond, surmontant un autel couvert de roses, une plaque de marbre portait des noms parmi lesquels je lus ceux de Clémentine et de sa fille.
A. FRANCE, Bonnard, 1881, p.380.
Rem. On relève en ce sens monument funèbre. Ruyter repose à Amsterdam, dans l'église Sainte-Catherine (...). Son tombeau occupe la place du maître autel. Beau monument funèbre. Il dort, le héros, la main sur sa blessure (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p.366).
3. P. anal., vx. Objet qui atteste l'existence, la réalité de quelque chose et qui peut servir de témoignage. La langue d'un peuple est le monument le plus important de son histoire (MICHELET, Hist. romaine, t.1, 1831, p.26). La peinture est, de tous les arts du moyen âge, celui dont les monuments sont les plus rares en France (MÉRIMÉE, Ét. arts Moy. Âge, 1870, p.55). Les montagnes sont des monuments des révolutions du globe (LITTRÉ):
4. Jeannot (...) est descendu dans le souterrain et l'a exploré de tous côtés. Ce n'est autre chose qu'une excavation incrustée de jolies petites pierres relevées en bosses de pralines. J'en ai pris pour monument de notre découverte.
E. DE GUÉRIN, Journal, 1835, p.63.
En partic. Témoignage écrit qui atteste des événements ou des choses du passé. Trois mois après son départ, on pouvait lire dans un journal la lettre suivante, premier monument de la campagne archéologique (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.289). Robert [drame de La Martelière] est un idéal du chef de la montagne, et j'engage mon lecteur à le relire comme un monument très-curieux de l'esprit du temps (SAND, Hist. vie, t.1, 1855, p.192):
5. ... l'Encyclopédie est le monument qui représente le mieux le dix-huitième siècle parmi nous, avec toute sa grandeur et sa hardiesse, et aussi avec tous ses dérèglemens.
COUSIN, Hist. philos. XVIIIe s., t.1, 1829, p.38.
B. — 1. Édifice imposant par sa taille et remarquable par son intérêt historique ou esthétique, par sa valeur religieuse ou symbolique. Monument mégalithique, préhistorique; les monuments de la Grèce antique, du moyen âge; visiter les monuments d'une ville. Le ministre leva sa canne vers le fronton du monument et dit: — C'est inimaginable, le mauvais goût qu'on a pu avoir à une certaine époque (DRUON, Gdes fam., t.1, 1948, p.109):
6. ... Paris s'étendait, mais un Paris rapetissé (...); les monuments semblaient fondre, à gauche deux traits pour Notre-Dame, à droite un accent circonflexe pour les Invalides, au fond le Panthéon, honteux et perdu, moins gros qu'une lentille.
ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.763.
Monument historique. Monument, partie de monument ou objet mobilier, appartenant à l'État, à une collectivité ou à un particulier, qui fait l'objet d'un classement par l'administration des Beaux-Arts et d'une protection de l'État en raison de son intérêt historique, artistique. Une maison classée monument historique. Je ne connais rien de bête comme ces reconstitutions d'un monument historique dans un lieu autre que celui où il a été autrefois élevé (GONCOURT, Journal, 1890, p.1167):
7. A-t-on le droit de répondre à la vieille dame lorraine qui déplore la vente de l'église où l'on sonnait les heures (...) de sa vie modeste: «Cette église n'offrait aucun intérêt artistique ou historique. On ne pouvait la classer. Mais voyez, à Béziers s'élève une fort belle église, nul ne pourra la vendre, car elle est inscrite désormais comme monument historique».
BARRÈS, Cahiers, t.8, 1910, p.33.
Monument public. Édifice qui est la propriété de l'État, d'un département ou d'une commune, destiné à l'usage public. Nous heurtons une cohue s'écoulant de l'Hôtel de Ville et d'un autre monument public qui présente un fronton et des colonnes de temple (BARBUSSE, Feu, 1916, p.328).
2. P. anal., vx. Les monuments de la nature. Les créations de la nature qui sont remarquables par leur taille, leur caractère grandiose. Malheureusement, ces monuments de la nature [les grands arbres] deviennent chaque jour plus rares devant les besoins de la civilisation et les exigences de l'industrie (SAND, Nouv. lettres voy., 1876, p.277).
En partic. Monuments naturels et sites. ,,Ensemble architectural ou paysages dont la conservation ou la préservation présente, du point de vue artistique, historique, scientifique ou pittoresque, un intérêt général`` (CIDA 1973).
3. [P. réf. à la taille imposante d'un monument] Objet ou personne énorme. Lemaître se délecte et Sarcey exulte. Lemaître me présente à lui. Il m'effraie un peu, ce monument à voix énorme (RENARD, Journal, 1897, p.452). Ce camion de déménagement est un vrai monument (DAVAU-COHEN 1972).
♦Œuvre artistique, littéraire ou scientifique imposante par ses dimensions, ses qualités. Je vois là se dresser ton monument, cette grande construction internationale qu'est la traduction de Shakespeare (HUGO, Corresp., 1866, p.544). La radieuse, et très dramatique conjuration de Claudius Civilis, du musée de Stockholm, qui est un véritable monument de la peinture (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p.40).
♦Personne que ses qualités placent hors du commun. Parlant (...) de cette génération de gens de bien dévoués à la vérité, il [Royer-Collard] ajoutait (...):De n'avoir pas pensé à moi dans ma vie publique, cela me vient d'eux. Cet homme, qui fut un monument, n'est plus; et nous sommes tombés à un temps où personne n'a plus le droit de dire de soi de telles paroles (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.3, 1848, p.612).
4. Expr. fam., péj. Un monument de + subst. Une chose révélatrice d'une qualité poussée à son plus haut point. Sans être particulièrement compétent, vous verrez que cet article sur l'Afrique romaine est un prodige d'inconscience, un monument d'ignorance (BENOIT, Atlant., 1919, p.268):
8. ... au moment de m'habiller, la seule vue de mon bonnet avait provoqué mon indignation. Je savais bien que l'évêque exigeait le bonnet, mais il n'exigeait pas que ce bonnet fût un monument d'horreur. Celui que grand'mère m'avait fait faire dépassait tout ce que l'on peut imaginer.
GYP, Souv. pte fille, 1928, p.340.
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin Xe s. «tombeau» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 351: Dunc lo pausen [Jesum] el monument O corps non jag anc a cel temps), RICH. 1680 qualifie le mot de ,,poétique ou de la prose sublime``, Ac. 1694-1798 note que dans ce sens ,,il n'est guère d'usage dans le discours ordinaire``; b) 1534 «document écrit» (RABELAIS, Gargantua, chap.56, éd. R. Calder et M. A. Screech, p.312); c)1636 «ouvrage d'architecture ou de sculpture qui transmet un souvenir à la postérité» (MONET, p.371b: Monument. Chose dressée pour la mémoire future); 1653 (VAUGELAS, Quinte Curce, Vie et actions d'Alexandres le Grand, III, éd. A. Courbé, p.223: En cette contrée, le temps avoit éffacé plusieurs monumens que les Poëtes ont tant celebrez. On y mostroit encore la place où estoient les villes de Lyrnesse et de Thèbes); 1690 (FUR.: Les Pyramides d'Égypte, le Colisée sont de beaux monuments de la grandeur des Rois d'Égypte et de la République Romaine); 1832 Comité des Monuments historiques d'apr. Lar. 20e); 2. 1855 [d'une oeuvre littér.] monument d'orgueil et d'humilité (SAND, Hist. vie, t.1, p.8). Empr. au lat. monumentum (de monere au sens de «faire penser, faire se souvenir») «tout ce qui rappelle le souvenir, spéc. le souvenir d'un mort: monument commémoratif, monument funéraire, tombeau; monument écrit; marque, signe de reconnaissance». De la var. anc. monimentum, la forme moniment (Passion, 31 au sens de «sépulcre»; seulement en a. fr., très rare); de la confusion avec munimentum «rempart, protection», signalée ds TLL, s.v. monumentum, 1461, 54, la forme munument (Passion, 355, 422, également au sens de «sépulcre»). Fréq. abs. littér.:3066. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 7614, b) 3897; XXe s.: a) 3300, b) 2467. Bbg. GOHIN 1903, p.308. — Sculpt. 1978, p.533.

monument [mɔnymɑ̃] n. m.
ÉTYM. V. 980, d'un tombeau, Passion du Christ; lat. monumentum « ce qui rappelle le souvenir », dér. de monere « faire penser à; faire se souvenir; avertir » (→ Moniteur, monition; admonition; et aussi monnaie), de la racine indo-européenne men « penser », d'où le lat. mens, mentis (→ Mental).
A
1 Ouvrage d'architecture, de sculpture, spécialement destiné à perpétuer le souvenir d'une personne ou d'un événement. Arc (de triomphe), colonne, trophée (→ Immortaliser, cit. 3). || Consacrer, dresser, élever, ériger, inaugurer un monument à la gloire de (qqn). || Monument chorégique, commémoratif. || Monument de bronze, de granit, de marbre.
1 Les monuments les plus superbes, les ouvrages de marbre et de bronze qu'on élève à la gloire des grands (…)
Rollin, Hist. ancienne, Œ., t. III, in Littré.
Spécialt. || Monument funéraire, élevé sur une sépulture. Mausolée, sépulcre, stèle, stoûpa, tombeau, tumulus; et aussi cénotaphe. || Fabricant, marchand de monuments funéraires. Marbrier.Absolt (vx). Tombeau. || « Votre fourbe maudite… A couché de douleur Tircis au monument » (Corneille, Mélite, IV, 6).
2 — Qu'est-ce donc que ce drôle qui tenait le quatrième gland ?… — C'est le courtier d'une maison qui fait le monument funéraire, et qui voudrait obtenir la commande d'une tombe où il se propose de sculpter trois figures en marbre, la Musique, la Peinture et la Sculpture versant des pleurs sur le défunt.
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 775.
Monument aux morts, élevé à la mémoire des morts appartenant à une même communauté, aux victimes de la même catastrophe, du même fléau. || Monument aux morts de la guerre de 1914-1918, de toutes les guerres.
3 Hélas ! ce n'est qu'un fantassin qui soulève la pierre d'un tombeau. Ce n'est pas neuf, ni obscur. Ce n'est pas plus laid que n'importe quel monument aux morts.
Alain, Propos, 27 juil. 1921, Architecture.
4 — Dites, docteur, c'est vrai qu'ils vont construire un monument aux morts de la peste ? — Le journal le dit. Une stèle ou une plaque. — J'en étais sûr. Et il y aura des discours.
Camus, la Peste, p. 330.
2 Ouvrage d'architecture ou de sculpture (et, par ext., pierre dressée ou monceau de pierres : cairn, montjoie, mound…) qui a une valeur religieuse, symbolique. || Science des monuments antiques. Archéologie. || Les premiers monuments (→ Architecture, cit. 2). || Monuments mégalithiques (→ Ibère, cit.), préhistoriques. Mégalithe (cit.); cromlech, dolmen, menhir (cit. 2). || Monuments de l'ancienne Égypte ( Obélisque, pyramide), de Mésopotamie ( Ziggourat), du Mexique précolombien ( Pyramide, téocalli).
5 J'avoue pourtant qu'au premier aspect des Pyramides, je n'ai senti que de l'admiration. Je sais que la philosophie peut gémir ou sourire en songeant que le plus grand monument sorti de la main des hommes est un tombeau (…) Ce n'est point par le sentiment de son néant que l'homme a élevé un tel sépulcre, c'est par l'instinct de son immortalité.
Chateaubriand, Itinéraire…, t. V, p. 405.
Archéol. || Monuments figurés.
3 (V. 1380). Littér. ou didact. Ce qui conserve ou exalte le souvenir d'une personne, d'un événement; ce qui sert de document. Archive. || Histoire fondée sur les monuments les plus authentiques (cit. 12).
6 J'écris absolument de mémoire, sans monument, sans matériaux qui puissent me la rappeler (ma jeunesse).
Rousseau, les Confessions, III.
7 (…) l'œuvre d'art réalisé (sic) par Lully n'est pas moins que la tragédie classique et les nobles jardins de Versailles un monument durable de la robuste époque qui fut l'été de notre race.
R. Rolland, Musiciens d'autrefois, p. 202.
Spécialt. Didact. Texte à structuration seconde, constituant un type de communication linguistique culturel (par ex. littéraire), par oppos. au document (structuré par les lois du discours spontané, et transmettant une information non mise en œuvre).
B Cour.
1 Édifice remarquable par son intérêt archéologique, historique ou esthétique. Bâtiment, construction, édifice, palais. || Qui a l'ampleur, la majesté, les proportions d'un monument. Monumental. || Monument cyclopéen, énorme, imposant, vénérable. || Visiter un monument, les principaux monuments d'une ville. || Les amphithéâtres, les arènes, les thermes sont parmi les monuments les plus imposants que nous ait légués l'antiquité romaine. || Graffiti tracés sur les murs d'un monument. || Nos villes, nos musées, nos monuments (→ Culture, cit. 18). || Des bâtisses (cit. 4) et non des monuments. || Parties, architecture, style… d'un monument (→ Cyclopéen, cit. 1; fond, cit. 40; 2. lustre, cit. 4).(1832). || Monument historique (infra cit. 10), monument classé.(1718). || Monument public.
8 (…) ces merveilleux monuments que toute la puissance du temps présent pourrait à peine égaler. Les basses et sombres églises saxonnes s'élancèrent en flèches hardies, en majestueuses tours.
Michelet, Hist. de France, IV, II.
9 Je lui dis combien je trouvais la demeure belle. — « Oui, ça fait assez monument historique. Moi, je trouve ça assommant. »
Proust, À la recherche du temps perdu, t. IX, p. 120.
9.1 De même que la montuosité est flattée au point d'anéantir les autres sortes d'horizons, de même l'humanité du pays disparaît au profit exclusif de ses monuments.
R. Barthes, Mythologies, p. 122.
Par anal. (fam.). Objet énorme. || Ce lit est un véritable monument.
10 Naïf : « Ce monument quand le visite-t-on ? »
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, I, 4 (tirade du nez).
Plaisant. Personne très forte, obèse. Éléphant, mastodonte.
2 (1739, Voltaire). Fig., par métaphore. Œuvre imposante, vaste, digne de durer (→ Étonner, cit. 12; édification, cit. 1; éditeur, cit. 4). || « L'Encyclopédie (cit. 3) est un monument qui honore la France » (Voltaire).
3 (1855, Sand). Fam. || Un monument de… (suivi d'un nom exprimant un caractère négatif) : une personne, une chose remarquable par l'intensité de… || Un monument d'extravagance (cit. 4), de bêtise.
11 Le traité d'Aix-la-Chapelle a passé pour un monument d'absurdité. C'est de lui qu'il devint proverbial de dire : « Bête comme la paix ».
J. Bainville, Hist. de France, XIV, p. 278.
DÉR. Monumentaire, monumental.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Monument — Marie Skłodowska Curie à Vieille ville de Police (Pologne) Le mot « monument » provient du latin monumentum, de moneo « se remémorer » désigne toute sculpture ou ouvrage architectural qui permet de rappeler un évènement ou une …   Wikipédia en Français

  • monument — MONUMÉNT, monumente, s.n. 1. Operă de sculptură sau de arhitectură destinată să perpetueze amintirea unui eveniment sau a unei personalităţi remarcabile; p. ext. construcţie arhitectonică de proporţii mari sau de o deosebită valoare. ♦ fig. Orice …   Dicționar Român

  • Monument — Monument, CO U.S. town in Colorado Population (2000): 1971 Housing Units (2000): 770 Land area (2000): 4.626053 sq. miles (11.981421 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 4.626053 sq. miles (11.981421… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Monument — «Monument» Canción de Depeche Mode Álbum A Broken Frame Publicación 27 de septiembre de 1982 …   Wikipedia Español

  • monument — I noun achievement, cairn, cenotaph, cromlech, dolmen, lasting reminder, mark, memorial, monumentum, permanent structure, remembrance, reminder, shrine, testimonial II index landmark (conspicuous object), remembrance (commemorati …   Law dictionary

  • Monument — Sn std. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. monumentum (eigentlich Erinnerungszeichen, Denkzeichen ), zu l. monēre erinnern, mahnen . Ausgehend von der besonderen Größe vieler solcher Bauten dann die Bedeutung sehr groß von monumental.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Monument — Mon u*ment, n. [F., fr. L. monumentum, fr. monere to remind, admonish. See {Monition}, and cf. {Moniment}.] 1. Something which stands, or remains, to keep in remembrance what is past; a memorial. [1913 Webster] Of ancient British art A pleasing… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • monument — (n.) late 13c., a sepulchre, from O.Fr. monument grave, tomb, monument, and directly from L. monumentum a monument, memorial structure, statue; votive offering; tomb; memorial record, lit. something that reminds, from monere to remind, warn (see… …   Etymology dictionary

  • monument — MONUMENT. sub. m. Marque publique qu on laisse à la posterité pour conserver la memoire de quelque personne illustre, ou de quelque action celebre. Monument illustre, superbe, magnifique, durable, glorieux, éternel. c est un monument à la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Monument, CO — U.S. town in Colorado Population (2000): 1971 Housing Units (2000): 770 Land area (2000): 4.626053 sq. miles (11.981421 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 4.626053 sq. miles (11.981421 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”